Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le passé de la ville du Havre ressurgit avec ses négriers et ces rues qui portent leurs noms...

article de Simon Auffret du 08/09/2017 paru FranceTVInfo/Normandie 

Cinq rues du Havre portent le nom d'armateurs impliqués dans le commerce triangulaire, très profitable à la ville jusqu'au XIXe siècle. Le débat sur les symboles esclavagistes aux États-Unis pose la question, en France, de renommer ou non ces rues.

 

Au Nom de la Mémoire - information histoire
Jules Masurier, maire du Havre de 1873 à 1878, était aussi armateur et a participé au commerce triangulaire. / © Jean-Luc Drouin

 

Rue Massieu-de-Clerval, rue Jules-Masurier, rue Jean-Baptiste-Eyries, rue Lestorey-de-Boulongne, rue Begouen. Cinq rues du Havre, cinq noms importants pour l'histoire de la ville, qui fête cette année ses 500 ans.

Notables de la ville, commerçants, ils ont tous été impliqués dans la traite des noirs par le commerce triangulaire, entre l'Afrique, les caraïbes et le Havre, devenu l'un des principaux ports négriers français. Jules Masurier a même été, entre 1873 et 1878, premier magistrat de la cité portuaire.

Entre l'héritage lourd des crimes esclavagistes commis et le devoir de mémoire de cette période historique, un débat s'instaure sur la nécessité de ne plus rendre hommage à ces figures de la traite négrière en leur donnant un nom de rue. 

"Les noms de rue ne servent pas à garder la mémoire des criminels, ils servent en général à garder la mémoire des héros et à les célébrer. C’est pour cela qu’il n’y a pas de rue Pétain en France", notait en ce sens Louis-Georges Tin, président du conseil représentatif des associations noires (Cran) dans une tribune publiée dans Libération le 28 août.

"Le Havre fête ses 500 ans, actuellement, et il n'y a aucune programmation qui met en référence les 4 siècles pendant lesquelles les captifs africains ont nourri la ville du Havre. Il y a également au Havre le musée des armateurs mais ce musée parle plus du mode de vie des armateurs que de ce que les captifs africains ont subi dans les amériques du fait de la cupidité des Havrais", souligne Karfa Diallo, directeur de l'association Mémoire et Partage.  (...)

 

Lire l'article complet sur France3 Regions

Reportage de Danilo Commodi, Jean-Luc Drouin, Aurélie Schiller et Alexis Delahaye. Avec comme interlocuteurs :

  • Karfa Diallo, directeur de Memoires & Partages
  • Jean-Baptiste Gastinne, 1er adjoint au maire du Havre
Tag(s) : #histoire, #esclavage, #ville, #symboles, #France, #mémoire, #enseignement, #culture, #social, #information

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :